Un casque en morceau au Push Culture Family Pic-Nic

Dans le cadre d’un week-end de skate qui s’annonçait extraordinaire ; le Push Culture Family Pic Nic, une course de longboard sanctionnée par le circuit mondial l’IDF ; qui se déroulait de samedi à lundi (memorial day) ; j’ai connu ma chute la plus impressionnante de ma carrière.

Niko, devant moi et Charles dans le cadre de la descente filmée pour Push Culture

Niko, devant moi et Charles dans le cadre de la descente filmée pour Push Culture

Outre ce crash malheureux et une météo incertaine, le week-end en lui même était incroyable.  Une destination magnifique au Vermont, une des descentes les plus complexes au monde, les premières nuits dans le van qui nous hébergera tout l’été et du bon temps avec les amis américains rendaient ce week-end des plus agréables.

 Vidéo de la descente, avec Charles Ouimet au micro.

Cette vidéo de la première journée était vraiment relaxe comparée au rythme débile des deux jours qui suivaient.  Nous avons tous coupés au moins 4 slides pour arriver au bas de la piste nettement plus rapidement.

La course

Pour l’occasion, Dame Nature avait décidé que nous allions courser sous la pluie. Les virages en épingles nombreux, la vitesse maximale de 55mph, une route très peu large et la fameuse météo rendaient chacune de nos descentes de qualification à 3 riders, périlleuses.  Voulant éviter à tout prix les blessures, j’ai vraiment pris mon temps.  J’ai finalement terminé mes deux premières descentes en 2e place puis la 3e en 1ère.  Si je terminais la 4e en 1ère place, j’aurais de bonnes chances de faire le top 10!  Let’s go!

En train de gagner ma descente de qualification contre Tyler Howell, qui reprends sa planche à l'arrière.

En train de gagner ma descente de qualification contre Tyler Howell, qui reprends sa planche à l’arrière.

Lors de cette descente, je partais avec Justin Rolo et David Appartio. 2e au départ, derrière Justin, je l’ai rattrapé rapidement en planifiant un dépassement à mi-parcours, dans la section la plus rapide.  J’ai mis la manoeuvre en action, dépassé mon collègue et parce que j’allais plus vite que prévu, j’ai changé le plan original et fait une manoeuvre de « slide en pendule » (que j’ai fait 10 000 000 de fois) pour me ralentir. Comme l’asphalte avait commencée à sécher à cet endroit, mes roues ont regrippée de façon inattendue, au moment où j’allais repartir à rouler, ce qui m’a complètement projeté sur le sol, d’au moins 6 pieds de haut, à une vitesse autour des 50 km/h, tête première sur le sol.  Quelques culbutes plus tard, j’étais dans le gazon sur le côté de la piste.  Mon ami Will Demming qui s’occupait de surveiller ce virage était catégorique : «tu restes couché».  Je voyais bien dans son visage que la chute était plus dramatique que je le ressentais à ce moment.

predator-dh-6-after-impact

Le casque complètement craqué et l’auto-collant «tech inspected» arraché à moitié lors de l’impact. 

Quelques minutes plus tard, j’étais finalement debout.  Bien sonné.  Quand on m’a montré la trace de mon casque sur le sol et l’état de celui-ci par la suite, je peux vous confirmer que mon Predator DH-6 a complètement fait son travail.

Hier je me suis frappé la tête, aujourd’hui, je me repose avant de reprendre le rythme normal.  Drôle d’histoire puisque deux semaines plus tôt, je participai comme cycliste au Défi-Casse Tête, un événement visant à amasser des fonds sur la recherche pour les traumatismes crâniens.

Chers amis, soyez prudents.  Ce casque – maintenant à la retraite – ma carrément sauvée la vie

Essai du Ice Cross Downhill lors du Red bull Crashed Ice 2014

Lorsque l’équipe de Kijiji m’a invité à tester l’expérience du Ice Cross Downhill, j’ai tout de suite accepté de relever le défi. Belle occasion de comparer la descente sur asphalte et la descente sur glace.

red-bull-crashed-ice-quebec

Faire l’essai d’un nouveau sport, ou plutôt d’un croisement entre un sport que je connais bien (la descente) et un sport que je pratique à un niveau très récréatif, (le patin/hockey) représentait un défi intéressant. En faire l’essai sur une piste aussi dingue que celle proposée par Gestev, l’équipe qui organise le Crashed Ice à Québec, relève de la folie. C’est pourquoi les gens de Kijiji et de Vidéotron ont pensé à créer un parcours permettant de découvrir les sensations du Ice Cross downhill, sans pour autant dépasser les 60 km/h, faire des sauts de plusieurs mètres et des descentes extra verticales. Le parcours représentait l’équivalent de 25% de la longueur du parcours réelle, avec un départ à deux, une rampe de départ de quelques mètres de hauteur, une grande épingle de 180 degrés, ainsi que deux sauts pour pimenter les descentes. Il y avait même de l’équipement à louer gratuitement ainsi que des cafés à volonté.

Une fois l’équipement de hockey enfilé, j’ai pu rapidement sauter sur la glace de la place George V. Ma première descente s’est franchement bien déroulée ce qui m’a donné confiance pour la suite. Étant habitué à conserver un centre de graviter relativement bas, l’équilibre était facile à avoir. Quelques descentes plus tard, j’avais pris mes aises et j’avais franchement le gout d’aller tenter l’expérience de la descente des pros…

Ce n’est jamais arrivé et c’est probablement une bonne chose puisque mon coup de patin est encore trop approximatif.

Le vrai spectacle!
Suite à un déjeuner des plus copieux au Cochon Dingue, une balade au centre ville puis une saucette dans la piscine extérieure-chauffée du Delta, il était maintenant l’heure du « gros show ». Bien positionné, avec vu sur le départ, à proximité d’un chauffe-terrasse, nous avons pu admirer le travail des vrais professionnels ; autant ceux sur des patins que ceux qui dirigeaient cet évènement de main de maitre. Vitesse, éclairage, chutes, sauts, animation de l’excellent PY et DJ contribuaient à rendre cette froide soirée de printemps mémorable.

Une ouverture pour de la descente en longboard à Québec?
Tout le long de cette soirée énergique, je ne pouvais m’empêcher de faire des parallèles entre mon sport et le Ice Cross Downhill.

  • Le format de type élimination est le même, quatre descendeurs, les deux premiers de chaque ronde passent à la descente suivante, jusqu’en finale.
  • Le côté extrême, le risque
  • La vitesse… Les animateurs annonçaient des pointes de 60 km/h…
  • Le côté international

Même si la descente en longboard a tout pour se retrouver en plein cœur de la ville de Québec lors d’un beau week-end d’été, elle a besoin d’un commanditaire d’importance, une mise en marché parfaite, des sauts et une diffusion sur les grands réseaux! Le maire Labaume devrait considérer cette option pour un événement extrême d’envergure similaire pour l’été et avec la moitiée du budget! Pause.

Une invitation en or
Merci à Kijiji et Redbull pour l’invitation en or. Ce week-end m’a fait redécouvrir ma ville d’origine ainsi qu’une nouvelle discipline.  Au revoir l’hiver, bonjour le printemps.

À quand des parcours d’Ice Cross Downhill au pied des centre de ski?

VIDEO : Maxim Garant-Rousseau sur CGV en fixed gear

Vélo IBike – Maxim Garant-Rousseau on CGV from Olivier Seguin-Leduc on Vimeo.

En fin de saison, mon ami de toujours Olivier Séguin-Leduc/OSL devait produire une vidéo pour un cours au College Dawson en très peu de temps. Nous avons décidé de produire une vidéo pour mon nouveau commanditaire, Vélo iBike. L’invitation était lancée, j’ai donc été retrouver Thoma Trinka, Olivier et AJ Powell au volant de sa Kia pour les séquences en mouvement sur le Circuit Gilles-Villeneuve, sur l’ile Notre Dame, à Montréal.

kia-rio-hatchback

C’est face à un coffre de Kia Rio hatchback que je devais rouler dans la vidéo.

More to come!

ACME Extreme DH – Un nouveau classique sur la côte est

English version

Une descente amicale au micro en compagnie de Charles Ouimet et FCT.

Il y a quelques semaines, j’ai reçu un message sur Facebook de mon ami Travis Davenport, m’invitant à venir participer à cette course. Je lui ai, à ce moment, poliment répondu que j’allais regarder ça.  À ce moment, je ne savais pas que ça allais être une fin de semaine hors du commun, plein de bon moments et de bon skateboard.

Les jours ont passés et l’ami Charles Ouimet s’est motivé à faire le 6 heures de route jusqu’à la ville de Port-Jervis, dans l’état de New-York, avec les locaux FCT et Françis Boileau.

Tuck droit, devant les jeunesses lors des qualifications

Tuck droit-Suit scrap, devant les jeunesses lors des qualifications

Les bons moments – Jour 1
Il faut le dire, nous sommes arrivés tard dans la nuit sans trop savoir où nous étions.. pour finalement nous réveiller dans le confortable et joli ‘Oakland Valley Campground’.  Nous avons déjeuner dans un somptueux dépanneur de bord de route, qui nous offrait le spécial déjeuner à 2,99$.  Dur de résister.  En arrivant à la piste, nous avons rapidement réalisé que nous étions en force, avec une douzaine de québécois! YES.

Le temps était bon, le plein soleil et les freerides ont débuté autour de 10 h du matin, juste à temps pour que tout le monde puisse reprendre où ils avaient laissé à la dernière course et ajuster les derniers détails sur leurs skateboards.  Pour moi, c’était un excellent moment pour retrouver une bande de québécois que je ne vois pas assez souvent, les gars du Sherbrooke Longboarding Crew.

Les Québécois présents à la course.

Les Québécois présents à la course.

Nous nous sommes donc emballés de cuir, écouté les instructions des frères Davenport, de façon à avoir un maximum de descentes dans la journée. Nous avons finalement pu sauter sur nos planches et nous avons complété une douzaine de descentes dans la journée sur cette montagne russes de "sweepers" contenant deux épingles de classe mondiale.  Nous avons aussi réalisé que les frères Davenport étaient d’excellents organisateurs de courses et que cette côte était probablement l’une des meilleures courses disponibles sur la Côte Est.

Travis Davenport et moi, bien relax sur le dernier gauche.

Travis Davenport et moi, bien relax sur le dernier gauche.

Une tonne de descentes plus tard, nous revoilà au campement, où nous célébrons comme les québécois savent faire.  Nous avons terminé la nuit très tardivement avec le propriétaire du campement, venu nous avertir de baisser le ton.  Quelques verres avec celui-ci plus tard, nous étions dans de grandes conversations sur la 2e guerre mondiale et la CFL.  Le matin arrivait plutôt rapidement et nous avons cru bon d’aller nous coucher. Mention spéciale à Kai Salam – MIDS -, Adam Dabonka qui nous a alimenté en Rhum & Coke toute la soirée et à King Barua qui a dormi sur la table à Pique-nique les deux soirs. Ces 3 gars ont définitivement ‘gagné le party’ dans mon coeur!

acme-extreme-quebec-rookie

Pascal Jean 38ans, est une inspiration pour nous tous. Il a même gagné la catégorie Masters.

Le bon skating – Jour 2
Le réveil n’était pas aussi difficile qu’anticipé.  Nous avions définitivement ‘la flemme’, mais nous étions super excité pour les descentes de freeride du matin.  Nous ne pouvions manquer le déjeuner à 2,99 et nous nous sommes rapidement préparé pour des descentes encore plus rapides que la veille.  Max Wipperman, Charles Ouimet, FCT, Matthew Deitch, Avery Wilcox et plusieurs autres semblaient extrêmement rapides.

Tight riding avec Wipperman et Avery Wilcox en qualifications

Tight riding avec Wipperman et Avery Wilcox en qualifications

Le format de course allait comme suit ; 4 qualifications, visant à créer un Top16.  Pour ensuite faire des éliminations classiques.  Pour vous rendre en final, vous deviez prévoir 7 descentes, ce qui était énorme – Difficile pour le corps et l’équipement.  La journée avançait et nous sommes rapidement devenus tous très fatigués.  Quoi que fatiguant pour les plus avancés, ce format donnait la chance aux débutants de courser plus d’une fois.

Charles, MGR, Francis et pre-drifting le virage à droite

Charles, MGR, Francis, David et Françis pre-drifting le virage à droite

Les descentes ont bien roulé, super rapidement et sans délai.  Le soleil approchait l’heure du couché et la finale arriva enfin. Celle-ci opposait la côte Est américaine au Québec. Matthew Deitch et Jack Traynor contre Françis Côté Tremblay et moi-même!!

Il y a de l'action dans le gauche lors de la finale!

Il y a de l’action dans le gauche lors de la finale!

La course était en place, READY-SET-GO : J’ai poussé ma vie jusqu’en avant, devant ces 3 gars qui sont d’excellents "pousseurs" au départ.  C’était très serré : moi devant dans les premiers ‘sweepers’, suivi de près par FCT, Matthew et Jack dans un "draft train". Puisqu’ils étaient tous derrière moi, ils ont profité de mon aspiration puis m’ont tous les trois, dépassés juste avant le premier gros virage à droite.  Comme nous allions tous très vite, les gars ont dérapé un peu trop, alors que moi j’avais choisi de freiner un peu plus tôt, afin de laisser place à l’action.  Ajoutez à cela mon set d’Orangatang Kegel neuf qui grippait comme pas-un et j’avais une ligne de champion.  Malgré cela, les gars étaient juste derrière moi en entrant dans le dernier virage à gauche.  J’ai passé celui-ci avec beaucoup de vitesse et de grip ce qui m’a donné un accès à la victoire.  J’ai passé les derniers sweepers avec confiance et vitesse, avec Matthew pas trop loin derrière, suivi par Françis et Jack. Ce fut, bien sûr, un bon moment et une très bonne descente!!

Le podium : MGR, Matthew, FCT et jack en 4e

Le podium : MGR, 400$ en main, Matthew, FCT et jack en 4e

C’était probablement la première d’une longue série de courses sur la pente d’ACME Extreme DH.  La côte et l’équipe sont trop bons, cela doit devenir un nouveau classique sur la côte est.  Merci à Tom Barnhart pour l’organisation, à Brian et Travis pour l’organisation des descentes et à Lysandre Tremblay Photographe pour les photos.

Les organisateurs! Tom et Brian!

Les organisateurs! Tom et Brian!

Nous y serons tous l’an prochain… English version up on the Loaded blog.

Sainte-Marie de Beauce, l’indémodable

-En retard-

Comme à chaque année que ce soit 2010, 2011, 2012 ou encore 2013, Ste-Marie est un stop obligatoire de la série DRAS.  Pas que le "pitch" qui te lance dans un gros virage à gauche sur le plat à 70 km/h soit vraiment agréable ou que la section de draft inexistante représente un vrai défi..  Ou encore que le format ‘Freddy point system’ te garantisse un maximum de descentes? NON.  Nous venons plutôt à Ste-Marie pour l’ambiance!

Bien content d'avoir l'impression d'être milionaire, au volant de ce bolide.

Bien content d’avoir l’impression d’être millionaire, au volant de ce bolide.

Pour l’occasion, j’ai fait la route avec mon ami Patrick, dans un somptueux Ford FLEX. Nous avions une tonne d’espace, ce qui nous a permis de l’aider à déménager pas mal de choses, incluant des pneus, en direction de Québec en plus d’avoir de l’espace en masse pour tout notre équipement. Fait à noter, j’ai également dormi dans le Flex avec les sièges à plat, avec mon matelas de camping.  C’était extrêmement confortable!

Patrick, s'assurant que nous avons un lunch de qualité.

Patrick, s’assurant que nous avons un lunch de qualité. 

ste-marie-slide dans leau

Dans l’eau… ça glisse un peu trop!

Les célébrations d’après-course, jumelées à la présence complète de l’équipe Free For All en font vraiment un événement épique.

Le moment avant de mettre les freins.  Qui freinera le premier?

Le moment avant de mettre les freins. Qui freinera le premier?

Après avoir cru rouler dans la pluie, la course s’est finalement déroulée au SEC. Bonne nouvelle pour nous tous. La course s’est déroulée rondement et alors que dans les dernières années, Ste-Marie était un peu ma bête noire..

ste-marie-finale

Tout le monde essaie d’être le plus rapide et efficace possible. Pas facile de battre Niko et Charles à ce jeu.

Cette année, ce fut tout autrement alors que j’ai gagné toutes mes descentes de qualifications, ce qui m’assurait mon allée en finale, aux côtés de Charles Ouimet, Niko Desmarais et P-O Desmarais, le frère de l’autre!  Après un bon départ, puis un peu de drafting.  C’est finalement Niko qui a pris la tête, avec Charles Ouimet derrière lui, suivi de près par moi et P-O.  Alors que Niko a passé le virage comme un pro, Charles a légèrement dérapé pour ensuite perdre pied juste devant la ligne d’arrivée au moment où je passais la ligne.  Plusieurs se sont opposé à me donner la 2e place, certains pensaient que c’était Charles.  Finalement, après un rematch bidon, en partant de la moitié de la piste, c’est Charles qui a gagné la 2e place par des peanuts.ste-marie podium

Le plus décevant, c’est que Niko, le gagnant repartait avec 500$ alors que Charles et moi repartions les mains vides! C’est ça aussi Sainte-Marie?

Merci à Freddy Desjardins, le maître de cérémonie et l’organisateur de la course, à Ford Canada pour le véhicule officiel et à l’équipe FFA pour l’ensemble de l’oeuvre.

Le Défi-Casse Tête ou 100km sur le Circuit Gilles-Villeneuve

Alors que la chaleur revenait de plus belle à Montréal, c’est pendant la première grosse balade de la saison que Franck et Josh du Team iBike nous ont (Marc Séguin et moi) demandé de participer avec eux au Défi-Casse Tête de la Fondation Neurotrauma de Marie-Robert, qui consistait en un Time trial, un contre-la-montre de 100km autour du circuit Gilles-Villeneuve.  L’équipe avait déjà amassé la somme de 1000$ – à remettre à la cause – pour entrer dans la course.

teamibike-full-effect

defi-casse-teteLe défi était nouveau, définitivement intéressant, s’annonçait difficile à réaliser et à inclure dans l’horaire pour cause d’un déménagement la journée même.  Ce faisant, Franck et Marc ont gracieusement offert leur aide pour le déménagement du le lendemain de la course – façon Maurice Richard.  J’étais maintenant pris, je devais faire ce défi avec 4 des meilleurs cyclistes que je connais, Vincent, Frank, Josh et Marc – des brutes.

L’entrainement
Plusieurs matins (très tôt) par semaine en plus des week-ends, nous nous retrouvions pour pédaler sur le circuit pour pousser nos machines (vélos et corps) et nous habituer à pédaler de longues distances à un rythme de plus de 35 km/h – en Fixed gear. Ça semble banal à lire, mais ça a été chez moi une transformation passant du cycliste du quotidien en cycliste sportif. Parfois difficile, ce fut une bonne occasion de développer une discipline (absente chez moi !), que je tente d’appliquer encore aujourd’hui.

La course

velo-westfalia
Le samedi 11 mai, fut une journée des plus mémorables.  Un réveil à l’aube, vers les 4-5h du matin, avec une bonne pluie et un bon 10 degrés… Tout pour motiver les troupes.  Nous nous retrouvons chez Josh pour embarquer les vélos sur son Westfalia, puis partir en route vers un déjeuner. À cet heure là, il n’y a pas mal que le Second Cup – 24h sur Mont-Royal d’ouvert.  Après un café puis un sandwich déjeuner des moins satisfaisant, nous sommes en route pour le circuit.  teamibike-deficasseLa pluie a ralentit et ne cesse pas, puis en bon soldat, nous décidons de rouler avec nos maillots courts et surtout pas de manteaux ou de garde-boue.

TEAMIBIKE-PAIN

Après un seul tour de chauffe, nous nous retrouvons sur la ligne de départ.  Quelques personnes nous passent des remarques sur nos vélos et questionnent notre capacité à terminer l’épreuve. C’était exactement ce que nous avions besoin pour nous motiver.  À peine un tour plus tard nous étions déjà tous sales, puisque nous nous suivions de très près pour profiter de la «draft».  C’était partit pour 23 autres tours à une cadence de 39 km/h de moyenne.resdultats2 h 40 et 58 secondes, pas mal de bouette, des encouragements des amis gentils, de la douleur, un 2e, 3e et 4e effort plus tard, nous arrivions à bon port, complètement épuisés mais fier d’avoir accompli probablement notre plus grand effort physique à vie.

teamibike-adrienneeeee

#BOUETTEteamibikelove

teamibikebeaugarcons

Puis un petit tour sur le podium avant de rentrer à la maison pour préparer tout un déménagement. Vous pouvez imaginer le retour à la maison.. Le Westfalia de Josh débordait d’endorphine et de satisfaction.

Merci aux Josh, Vincent, Marc et Franck pour la motivation à me dépasser, ça a fait mal, mais ça a été bon.  Merci à Danny G. et à Cédric pour les photos.